BIENVENUE AU GACS 2018

 

GACS COMPLIANCE 2018 LOGO

 

Naviguez facilement dans le guide du participant numérique à partir du MENU ci-dessus.

Vous pourrez accéder au programme, au détail de chaque atelier et savoir où il se déroule, à la liste des participants, aux notes biographiques des intervenants...

 

Nous vous souhaitons un moment fort en rencontres et découvertes.

 

BLF-PIC-BLEU-1-26x36 Edito

 

Compliance, pourquoi en est-on arrivé là ?

 

Anti-corruption, concurrence, RGDP, tax, fraude, environnement, vigilance, conflits d’intérêts… La compliance s’impose au monde de l’entreprise de manière globale. Ne pas commettre d’actes délictueux ou criminels mais aussi prévenir. Documenter ce que l’on fait. Et l’évaluer. Enfin, révéler aux autorités publiques ce qui a été découvert. Puis coopérer avec elles tout en négociant.

 

En France, ces pratiques sont sources de révolutions culturelles, aussi bien pour les entreprises que pour les pouvoirs publics. Avec des vertus : pousser à la rencontre des opérationnels et des fonctionnels ; poser la question de l’efficacité des pratiques mises en œuvre ; promouvoir les bonnes pratiques au niveau de la place.

 

Le terrain était favorable : préférence des entreprises pour la soft-law mais multiplication des affaires pointant leurs comportements déviants ou insuffisamment exigeants ; diminution des moyens des pouvoirs publics pour conduire des enquêtes et augmentation de la pression internationale et concurrentielle ; pression médiatique…

 

Mais nous voyons dans ce phénomène un avantage : celui de propager une vision plus fine de ce qu’est le droit dans les organisations, riche d’au moins trois aspects.

 

La conformité, avec une vision binaire (conforme/pas conforme) aussi nécessaire que contraignante.

 

Le droit, comme outil d’agilité, au service du développement et de la création de valeur : un droit qui accompagne pour faire mieux.

 

L’éthique, prise comme une gouvernance ou un comportement, qui guide ce qu’il convient de faire pour respecter le droit, dans sa lettre et dans son esprit.

 

Gageons que cette deuxième édition du GACS permettra ainsi de montrer qu’avec le droit, l’entreprise et la société y gagnent, en éthique et en performance.

 

 

Frédéric Escudier et Ghislain de Lagrevol,

fondateurs,

GACS – Global Anti-corruption & Compliance Summit,

BLF - Business & Legal Forum,

Plumes de l’économie et du droit.

 

 

 

 
Dernière modification : 18/03/2018